Les dictons bretons

Comme on dit en Bretagne !

 Aesoc’h d’ar mab goulenn ouzh ta evit d’an tad goulenn ouzh mab

 (Plus facile au fils de demander au père qu’au père de demander au fils)

 An amzer a dro  An Ankou a sko

 (Le temps passe, l'Ankou frappe)

 An douar zo kozh met n’eo ket sot

(La terre est vieille mais elle n’est pas folle)

An hini ne vez ket joa doc’htoñ pa erru a vez joa doc’htoñ pa ya kuit

(Celui qui ne fait pas plaisir en arrivant fait plaisir en partant)

An hini a blij ar c’hizhier dezhañ en dez ur wreg koant

 (Celui qui aime les chats a une belle femme)

An hini a heuli e benn a heuli penn un azen

 (Celui qui suit sa tête suit la tête d’un âne)

 An hini a zo mestr d’e sec’hed zo mestr d’e yec’hed

 (Celui qui est maître de sa soif  est maître de sa santé)

 An hini a vez e gras ar merc’hed n’en-deus na naon na sec’hed

 (Celui qui est bien vu des femmes n’a ni faim ni soif)

 

Tra ma vo daou zen war ar bed ar jalousi a reno bepred

(Tant qu’il restera deux hommes sur la terre la jalousie régnera)

Truez hep sikour a ra nebeud a vad

(Pitié sans secours fait peu de bien)

 Ur c’horf erbedet n’a ken ’met peder eur warn-ugent hiroc’h evid unan all

(Un corps ménagé ne va que vingt-quatre heures plus loin qu’un autre)

 Aesoc’h d’ar mab goulenn ouzh ta evit d’an tad goulenn ouzh mab

 (Plus facile au fils de demander au père qu’au père de demander au fils)

 An amzer a dro  An Ankou a sko

 (Le temps passe, l'Ankou frappe)

 An douar zo kozh met n’eo ket sot

(La terre est vieille mais elle n’est pas folle)

An hini ne vez ket joa doc’htoñ pa erru a vez joa doc’htoñ pa ya kuit

(Celui qui ne fait pas plaisir en arrivant fait plaisir en partant)

An hini a blij ar c’hizhier dezhañ en dez ur wreg koant

 (Celui qui aime les chats a une belle femme)

 

 

Gortozit an noz evid lavaret eo bet kaer an deiz

 (Attendez la nuit pour dire que le jour a été beau)

 Goude ma vezer skuizh ec’h aer c’hoazh pell

(Après être fatigué on va encore loin)

 Gwell eo karantez leizh an dorn ewid madoù leizh ar forn

 (Mieux vaut de l’amour plein la main que des biens plein le four)

Gwelloc’h karantez etre daou ewid madoù leizh ar c’hraou

 (Mieux vaut de l’amour entre deux  que des biens plein la crèche

 Hanter douget - ur bec’h graet mat

 (À moitié porté - un fardeau bien fait)

Kas ar paour da baour a zo diaes

(Appauvrir un pauvre est difficile)

 Kig kristen - en em beñsel e-unan

(Chair de chrétien - se raccommode d’elle-même)

Klañv hep glac’har kamm ki pa gar

(Malade sans douleur  le chien boite s’il en a envie)

 kentoc'h mervel evet bezain saotret

(Plutôt la mort que la souillure)

 Labour sul, labour nul

(Travail du dimanche, travail nul)

Magit mat ho korf  hoc’h ene a chomo pelloc’h e-barzh

(Nourris bien ton corps ton âme y restera plus longtemps)

N’en dez ket rekis gouiet galleg  evid goulenn kousket er-maez

 (Pas besoin de savoir le français pour demander à coucher dehors)

 N’eus den na tra hep e si hag alies en deus daou pe dri

 (Il n’est homme ni chose sans son défaut  et souvent ils en ont deux ou trois)

 

 

 

N’eus gouañv ebet a gement zo chomet ’ba kof e vamm

(Il n’y a pas d’hiver à qui est resté dans le ventre de sa mère)

 N’eus ket a dïegezh hep buanegezh

(Il n’est pas de foyer sans accès de colère)

Neb zo lemm beg e deod a rank bezañ kalet kostez e benn

(Celui qui a le bout de la langue tranchant se doit d’avoir le bord de la tête dur)

Pa gaser ar paour d’an douar kloc’h bras ar barrez zo bouzar

 (Quand on conduit le pauvre en terre la grande cloche de la paroisse est sourde)

 Peb sant newez en deus e virakloù d’ober

(Chaque Saint nouveau a ses miracles à faire)

Pelloc’h e vimp marv eget paour

(Nous serons plus longtemps morts que pauvres)

Pemp munut yec’hed a ra vad d’un den klañv

 (Cinq minutes de santé font du bien au malade)

Poan ar re all zo skañv da zougen

 (La peine des autres est légère à porter)

Propoc’h eo ur fri bras evit daou vihan

 (Il est plus décent d’avoir un grand nez que deux petits)

 Re gozh an douar evid ober goap anezhi

(La terre est trop vieille pour qu’on se moque d’elle)

Restachoù mat zo mat da gaout

 (Bon restants sont toujours bons à avoir)

Seul mui a vugulion a vez e vez falloc’h gouarnet ar saout

(Plus il y a de bergers moins bien sont gardées les vaches)

 Tan get koad sec’h ha labour get tud reizh a zo aes

(Du feu avec du bois sec et du travail avec des gens dociles, voilà choses faciles)

 

An hini na avantur netra  na koll na gounid ne ra

 (Celui qui ne risque rien ne perd ni ne gagne)

 An trubuilh ne varv den ebed gantañ

(Le chagrin, personne n’en meurt)

 Anduriñ zo red met karout n’eo ket

(On est forcé de subir pas d’aimer)

Ar c’hi ne bak ket pelloc’h eget e stag

(Le chien n’attrape pas plus loin que son attache)

Ar c’housked zo an hanter ag ar yec’hed

(Le sommeil est la moitié de la santé)

Ar re vezv a zivezvo  met ar re sot ne zisodont ket

(Les saouls dessoûleront  mais les fous ne défolleront pas)

Arabat gwerzhañ ar vioù e revr ar yer 

(Ne pas vendre les œufs dans le cul des poules)

 Bezañ paour n’eo ket pec’hed gwell eo koulskoude tec’het

(Être pauvre n’est pas un péché  mieux vaut cependant l’éviter)

Brizh diod hag a oar tevel ouzh un den fur a zo heñvel

An hini a heuli e benn a heuli penn un azen

 (Celui qui suit sa tête suit la tête d’un âne)

 An hini a zo mestr d’e sec’hed zo mestr d’e yec’hed

 (Celui qui est maître de sa soif  est maître de sa santé)

 An hini a vez e gras ar merc’hed n’en-deus na naon na sec’hed

 (Celui qui est bien vu des femmes n’a ni faim ni soif)

 An hini na avantur netra  na koll na gounid ne ra

 (Celui qui ne risque rien ne perd ni ne gagne)

 An trubuilh ne varv den ebed gantañ

(Le chagrin, personne n’en meurt)

 Anduriñ zo red met karout n’eo ket

(On est forcé de subir pas d’aimer)

Ar c’hi ne bak ket pelloc’h eget e stag

(Le chien n’attrape pas plus loin que son attache)

Ar c’housked zo an hanter ag ar yec’hed

(Le sommeil est la moitié de la santé)

Ar re vezv a zivezvo  met ar re sot ne zisodont ket

(Les saouls dessoûleront  mais les fous ne défolleront pas)

Arabat gwerzhañ ar vioù e revr ar yer 

(Ne pas vendre les œufs dans le cul des poules)

 Bezañ paour n’eo ket pec’hed gwell eo koulskoude tec’het

(Être pauvre n’est pas un péché  mieux vaut cependant l’éviter)

Brizh diod hag a oar tevel ouzh un den fur a zo heñvel

 (Idiot fini s’il sait se taire a l’air d’un homme sage)

C’hoant Doue ha c’hoant den a zo daou

(Désir de Dieu et désir de l’homme sont deux)

 En noz e kemerer ar silioù  dale a ra vad a-wechoù

(C’est la nuit qu’on prend les anguilles attendre a du bon quelquefois)

 Ewid ober tiegezh mad  eo red d’ar vamm bezañ koshoc’h evit an tad

(Pour faire un bon ménage il faut que la mère soit plus âgée que le père)

 Forzh tud - fall sikour

 (Beaucoup de gens - peu d’aide)

N’eus gouañv ebet a gement zo chomet ’ba kof e vamm

(Il n’y a pas d’hiver à qui est resté dans le ventre de sa mère)

 N’eus ket a dïegezh hep buanegezh

(Il n’est pas de foyer sans accès de colère)

Neb zo lemm beg e deod a rank bezañ kalet kostez e benn

(Celui qui a le bout de la langue tranchant se doit d’avoir le bord de la tête dur)

Pa gaser ar paour d’an douar kloc’h bras ar barrez zo bouzar

 (Quand on conduit le pauvre en terre la grande cloche de la paroisse est sourde)

 Peb sant newez en deus e virakloù d’ober

(Chaque Saint nouveau a ses miracles à faire)

Pelloc’h e vimp marv eget paour

(Nous serons plus longtemps morts que pauvres)

Pemp munut yec’hed a ra vad d’un den klañv

 (Cinq minutes de santé font du bien au malade)

Poan ar re all zo skañv da zougen

 (La peine des autres est légère à porter)

Propoc’h eo ur fri bras evit daou vihan

 (Il est plus décent d’avoir un grand nez que deux petits)